Une histoire en héritage

Quarante-cinq ans seulement après la fondation du domaine, Pédesclaux voit son nom gravé dans le marbre du Classement de 1855. Le statut de cinquième cru obtenu à l’époque est beaucoup plus qu’un héritage, il impose de grandes exigences pour l’avenir.

1810. Le domaine viticole est constitué par Pierre-Urbain Pédesclaux qui mène par ailleurs une activité de courtier en vins. En 1821, il achète des parcelles à M. Lacoste, propriétaire du château Grand Puy à Pauillac.

1841. Construction d’un chai en plein centre de Pauillac. Le vignoble s’étend sur 7,80 hectares.

1849. Des difficultés financières dues à de mauvais placements contraignent Pierre-Urbain Pédesclaux à céder la propriété à son fils Pierre-Edmond.

1855. Pédesclaux est promu au rang de Cinquième cru classé. Le classement commandité pour l’Exposition universelle est basé sur les rapports des courtiers en vin. La hiérarchie s’appuie sur les prix de vente.

1872. Mort de Pierre-Edmond Pédesclaux. Sa veuve prend les commandes. En 1883, elle achète des terres à la famille Cruse, propriétaire du Château Pontet-Canet à Pauillac.

1891. Le cru est vendu à Gabriel de Gastebois.

1930. Les héritiers de Gabriel de Gastebois confient la gestion du domaine à Lucien Jugla, issu d’une famille présente dans le Médoc depuis le Moyen-Age. Ce dernier finit par racheter la propriété en 1951. Les chais devenus vétustes sont voués à la destruction.

1960. Lucien Jugla adjoint à Pédesclaux le Château Belle-Rose, un domaine de 13,7 hectares qu’il exploitait en fermage depuis 1943. Sa bâtisse bourgeoise devient le siège du cru classé et figure sur les nouvelles étiquettes.

1965. Mort de Lucien Jugla. La propriété est transmise à ses cinq enfants. L’aîné, Bernard Jugla, en prend la direction. Il rachète en 1970 un autre château situé à deux pas de Pédesclaux, Colombier-Monpelou. Il gère les deux domaines jusqu’en 1996 date à laquelle il passe le relais à son fils et à sa belle-soeur. Colombier-Monpelou sera vendu en 2007 à Mouton-Rothschild.

2009. Propriétaires du Château Lilian Ladouys (Saint-Estèphe) depuis 2008, Françoise et Jacky Lorenzetti font l’acquisition de Pédesclaux. En quelques années, ils portent la superficie du vignoble de 35 à 48 hectares avec les rachats successifs du Château Haut-Milon, voisin de Mouton et de Lafite, et des vignes du Château Béhèré.

2013. Jacky Lorenzetti s’associe à Emmanuel Cruse en se portant acquéreur de la moitié des parts du Château d’Issan, cru classé de Margaux. Emmanuel Cruse devient également directeur général de Pédesclaux.